Il n’y a pas de bon spectacle sans bonne histoire !

En 1977, en pleine révolution musicale et sociétale, un mythe cinématographique est né, incarné par un acteur qui deviendra une super star international.
Saturday Night Fever, plus connu en France sous le nom, devenu un slogan, « La Fièvre du Samedi Soir » se placera en haut du box office à travers le monde des films musicaux, et ne sera jusqu’à aujourd’hui encore, jamais détrôné.

Histoire

Tony Manero, ce jeune NewYorkais issu du milieu défavorisé de Brooklyn trouve son émancipation et son épanouissement tous les samedis soir sur la piste de dance de la discothèque « l’Odyssé ».
Il passe de simple vendeur de peinture mal payé à, dieu de la piste, adulé par les femmes et envié par les hommes.
Mais être un jeune NewYorkais dans les années 70’s n’est pas si simple et son succès lui apporte aussi des ennuis auprès de sa famille, des bandes rivales, des femmes ….

La genèse du spectacle
Les années 70 représentent la décennie la plus marquée visuellement, artistiquement ; elle est régulièrement copiée, imitée, fantasmée. La folie qu’elle représente, l’énergie qu’elle évoque et la créativité qui en a découlé font encore rêver et continuent d’inspirer.

Saturday Night Fever – le Dancing Musical, raconte cette histoire et cette période mythique en mettant d’abord à l’honneur la musique et la fête qu’elle évoque tout en respectant les passages dramatiques et les enjeux qu’ils représentent avec des personnages forts et poignants.

Tony Manero représente toute une génération passée et actuelle; ses questions sur l’avenir, ses doutes sur la société, ses rapports à la famille, à l’amitié et à l’amour sont des sujets actuels dans lesquels toute la jeune génération peut aussi s’identifier.

Une Bande Originale mythique
Les BeeGees sont indissociables de cette œuvre cinématographique.
Plus d’une dizaine de tubes du groupe, tous placés au top des charts ; Staying Alive, How deep is your love, Night Fever, More than a woman, Jive Talkin, You should be dancing, If I can’t have you ….
Une autre dizaine de tubes interprétés par d’autres pointures du disco (Kool and the Gang, Tavares, The Trammps et leur Disco Inferno, Walter Murphy et sa légendaire reprise de la 5ème symphonie de Beethoven façon disco …) contribuent à cet album mythique.
Aucune autre oeuvre ne comptabilise autant de tubes, de records historiques, de disques de platine, de compiles, de rééditions ; c’est une exception dans l’industrie musicale.

Les tubes de Saturday Night Fever sont restés depuis 40 ans à l’esprit de tous, grâce à des passages réguliers en radios, en discothèques, et présents encore aujourd’hui dans tous les foyers.
Pas une soirée entre amis, pas une fête de famille sans un des titres de ce film culte.
Les nostalgiques du film, les fans des BeeGees, les adeptes du disco, les fêtards, les danseurs…. Nous avons tous en nous un lien avec la Fièvre du Samedi Soir.

La Bande originale est donc indissociable du récit et sert à la fois la dramaturgie et la comédie.
L’équipe qui travaille sur ce spectacle est avant tout fan du film et veille à ne pas dénaturer le mythe qu’il représente.

La fièvre nous a gagné et nous voulons qu’elle gagne tous les spectateurs de ce formidable spectacle musical.

 

Merci à Marie Cécile Renauld et Sara Jane Richardson

single-image
single-image
30 Mar 2017 Paris Palais des sports Palais des sports
31 Mar 2017 Paris Palais des sports Palais des sports
01 Apr 2017 Paris Palais des sports Palais des sports
02 Apr 2017 Paris Palais des sports Palais des sports
06 Apr 2017 Paris Palais des sports Palais des sports
07 Apr 2017 Paris Palais des sports Palais des sports